Intoxication au monoxyde de carbone : prudence en hiver !

L’agence régionale de santé (ARS) attire l’attention des habitants sur les risques d’intoxication au monoxyde de carbone pendant la période hivernale.

L’agence régionale de santé (ARS) attire l’attention des habitants sur les risques d’intoxication au monoxyde de carbone pendant la période hivernale. Ce gaz est incolore, inodore et non irritant, il est donc indétectable par l’homme. Sa présence résulte d’une mauvaise combustion au sein d’un appareil fonctionnant au gaz, au bois, au charbon, à l’essence, au fioul ou encore à l’éthanol. Il prend la place de l’oxygène dans le sang et peut être mortel en moins d’une heure. Les appareils à l’origine de ces intoxications sont majoritairement des chaudières, des chauffe-bains et des braseros.

Pour éviter les intoxications au monoxyde de carbone, l’ARS recommande de faire vérifier et entretenir chaque année par un professionnel qualifié les installations de chauffage et les conduits de fumées ; de veiller à bien ventiler son logement, d’aérer quotidiennement et de ne jamais obstruer les grilles de ventilation ; de respecter scrupuleusement les consignes d’utilisation des appareils à combustion prescrites par le fabricant ; de ne pas utiliser à l’intérieur des logements des appareils à combustion non adaptés tels que les barbecues et les braseros.

Les maux de tête, nausées, vertiges ou troubles visuels sont les premiers symptômes d’une intoxication au monoxyde de carbone. En cas d’intoxication ou de suspicion il faut aérer immédiatement les locaux en ouvrant portes et fenêtres puis quitter les locaux et appeler les secours (112), les pompiers (18) ou le Samu (15).

Pour se protéger et bien utiliser vos appareils : retrouvez la liste des conseils dans le guide de l'INPES pour comprendre les dangers du monoxyde de carbone.