Questions-réponses : le projet

 

  • Quelles ont été les grandes étapes jusqu'à présent ?

2011 : lancement des études préliminaires menées par le cabinet Brenac et Gonzalez.
Juillet 2013 : présentation aux habitants du quartier
Juin, novembre et décembre 2014 :  trois ateliers urbains réunissent plusieurs centaines d'habitants
Novembre 2014 : lancement du groupe d'habitants-référents du quartier
Décembre 2014 : Désignation suite à un appel d'offres du cabinet Brenac et Gonzalez en tant qu'architecte urbaniste coordonnateur du projet de rénovation.
Décembre 2014 : Le quartier est retenu dans le Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU).

  • Où en est le projet ?

La phase de concertation publique se poursuit jusqu'au lancement de l'enquête publique. Les trois ateliers urbains ainsi que la mise à disposition du registre à l'Hôtel de Ville ont permis de recueillir les premières observations des habitants.
Un bilan de la concertation légale sera prochainement approuvé en Conseil municipal. Le lancement de l'enquête publique interviendra au premier trimestre 2015 avec la désignation d'un commissaire-enquêteur par le tribunal administratif. Les habitants auront de nouveau l'occasion de s'exprimer sur le projet. Tout au long du projet, ils seront reçus par secteur, par cage d'escalier et individuellement.

  • Quand les travaux vont-ils commencer et finir ?

Certaines études techniques, règlementaires et de faisabilité sont en cours. Les résultats seront prochainement connus. Les premières démolitions vont ensuite pouvoir débuter dans le courant de l'année. Les études visent à obtenir une connaissance technique globale du foncier et permettront ainsi de déterminer l'emplacement des futurs bâtiments et des différents réseaux. Une étude d’impact (faune et flore) est également en cours.
Le rénovation du quartier devrait prendre une dizaine d'années.

  • Les trois tours seront-elles conservées ?

Le pré-projet prévoit de conserver les 18 niveaux mais l’état des sous-sols et fondations des bâtiments fera l'objet d'études en 2015. L'ensemble des mesures de sécurité adaptées seront prises et, si nécessaire, les structures pourront être renforcées.
Les façades, les parties communes, paliers et escaliers seront également réhabilités. Des travaux intérieurs seront effectués sur la base des diagnostics qui seront réalisés et en partant des besoins des locataires.

  • Quelle sera la hauteur des bâtiments ?  Y aura-t-il du vis-à-vis ?

Les volumes seront travaillés afin qu’ils soient le plus fragmentés possible, tout en garantissant des heures d’ensoleillement par jour des logements, y compris les niveaux bas.
Il n'y aura pas de vis-à-vis à plus de R+9 (9 étages au dessus du rez-de-chaussée) autour de la copropriété des Fontaines. S'agissant du côté parc, il pourra y avoir, comme c'est le cas aujourd'hui, des bâtiments R+9, mais le bâti discontinu permettra de conserver la vue sur le parc. Les hauteurs pourront être ajustées pour un projet harmonieux en respectant l’environnement urbain à proximité et dégager les vues.  

  • L'augmentation du nombre de bâtiments ne va-t-elle pas être entrainer une trop forte densité ?

Pour répondre aux exigences de construction et à la crise du logement, en vue de l'arrivée des transports en commun structurants, il est nécessaire d'augmenter le nombre de logements. Une conception harmonieuse visera à limiter le sentiment de densification.
Le coefficient d’occupation des sols (qui permet de mesurer la densité des projets) est aujourd’hui de 1 sur le quartier. Il sera, à terme, légèrement inférieur à 2 ce qui reste un coefficient très bas. A titre d'exemple, dans les centres villes ou périurbains, le coefficient est souvent de l'ordre de 6 à 7.

  • Quels seront les impacts des travaux pour la santé ?

Dans le cadre de la certification environnementale, la Ville souscrira à un certain nombre d’engagements, notamment celui de « chantier à faibles nuisances » qui induit des actions exigeantes quant au passage des camions, aux nuisances sonores des chantiers et à la poussière. Le respect de ces exigences sera contrôlé tout au long de la phase chantier afin d’obtenir les certifications. Le rôle des habitants-référents sera important afin de transmettre ces informations à l'ensemble des riverains de l'opération et de faire remonter leurs d'éventuelles observations ou inquiétudes.
Lors des démolitions les réglementations seront respectées pour éviter tout contact avec l’amiante si les études font apparaitre qu'il y en a. Comme à Cachin, l’amiante sera retirée, une fois le bâtiment vide, en espaces confinés. La règlementation est extrêmement stricte et contrôlée par des instances indépendantes.

  • Le système d’îlots ne va-t-il pas créer un labyrinthe ?

Les habitants des quartiers organisés en îlots se disent satisfaits d’avoir une adresse précise, d’être pris dans un cheminement de rues. La trame des rues mise en place est très simple, ce sont des axes qui se croisent, et il est très facile de s’y repérer.

  • La rambla sera-t-elle réservée aux piétons ?

Oui, la rambla sera réservée aux circulations douces (piétons, cyclistes) afin de créer un lieu d’échange et de partage.

  • Sera-t-il facile de circuler dans le quartier ?

Les déplacements pourront s'effectuer sans difficulté. Des voies de desserte locale verront le jour, elles permettront aux personnes d’accéder aux bâtiments et aux parkings mais la vitesse sera limitée.

  • Qui entretiendra les espaces verts végétalisés ?

Les espaces verts en toiture d’immeuble seront entretenus par Romainville Habitat pour les logements sociaux et par les copropriétés pour les logements privés.