Le Grand Paris Express, un métro à l'échelle de la nouvelle métropole

Le projet de Grand Paris, qui doit notamment aboutir à la création de la métropole, contient aussi un important volet transport.

Le projet de Grand Paris, qui doit notamment aboutir à la création de la métropole, contient aussi un important volet transport. Il prévoit la modernisation des lignes existantes et la création d’un nouveau métro automatique de rocade, sur 205 kilomètres : le Grand Paris Express. A terme, le Grand Paris Express facilitera la vie quotidienne de plus de huit millions de Franciliens. Aujourd’hui, ils passent en moyenne vingt-quatre minutes par jour dans les transports. La construction de nouvelles gares et le métro automatique leur feront gagner sept minutes. C’est surtout sur les trajets de banlieue à banlieue que les temp  seront réduits. Les 20% d’actifs résidant sur le territoire d’Est Ensemble qui travaillent en Ile-de-France mais ni à Paris, ni en Seine- Saint-Denis profiteront donc des nouvelles lignes.

Ces 205 kilomètres de lignes serviront aussi à désaturer les lignes existantes, à réduire la  pollution, à lutter contre l’étalement urbain, à favoriser le développement économique de la région.
La mise en service de ce métro entièrement automatique sera progressive. Le projet prévoit de créer quatre nouvelles lignes et de prolonger deux lignes existantes.

Les Romainvillois sont concernés. D’abord la ligne 11 sera prolongée à l’horizon 2025 de Rosny-Bois-Perrier à la gare de Noisy-Champs. Mais ils utiliseront aussi la ligne 15, qui fera le tour de Paris en 2030, en passant par Bobigny, La Défense, Villejuif, Créteil et Val-de-Fontenay. D'une capacité équivalente à celle du métro parisien, elle devrait compter une station très accessible pour les Romainvillois, via le T1, la ligne 11 ou encore le TZen3.

 

Le Grand Paris Express en chiffres

● 205 kilomètres de lignes

● 4 nouvelles lignes

● 72 gares

● 2 millions de voyageurs chaque jour

● 22 mn pour aller de la gare de Lyon à l’aéroport d’Orly

● 30 mn entre La Défense et l’aéroport Charles-de-Gaulles

● 26 milliards d’€

● 10 000 à 15 000 emplois pendant quinze à vingt ans