Entretien avec la procureure de la République de Seine-Saint-Denis

Le Mag' Romainville de mars revient sur le Contrat local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) romainvillois, auquel la procureure de la République Fabienne Klein-Donati collabore.

Le dossier du Mag' Romainville (à télécharger en cliquant ici) revient sur la politique préventive et sécuritaire menée par la Ville, en partenariat avec les différents acteurs du Contrat local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD), afin que la prévention l’emporte sur la seule répression. Fabienne Klein-Donati, procureure de la République de Seine-Saint-Denis, nous détaille sa vision de la Justice.

Quelles sont vos priorités en matière de politique pénale ?

J'anime et coordonne dans le ressort du Tribunal de grande instance (TGI) la politique de prévention de la délinquance dans sa composante judiciaire. J'ai décidé de concentrer l'action pénale sur les phénomènes les plus graves et les plus significatifs. Pour cela, j'ai fixé trois priorités :
- les violences sous toutes leurs formes. Dès lors que les auteurs sont identifiés, ils doivent être systématiquement déférés. J'apporte une attention particulière aux personnes vulnérables et lorsqu'il s'agit de violences contre les personnes dépositaires de l'autorité publique,
- les trafics, parce qu'ils pourrissent la vie des quartiers et sont également à l'origine de violences graves,
- la délinquance économique et financière, en particulier sous son aspect "économie souterraine" parce qu'elle est le miroir des trafics et qu'elle instaure une concurrence violente et insupportable pour les honnêtes gens,
Ces objectifs sont poursuivis dans la mesure des moyens dont disposent la juridiction et le Parquet.

Quelle est la réponse pénale à destination des mineurs ?

Je suis particulièrement attentive à la question des mineurs auteurs d'infractions et la réponse pénale doit être cohérente. Les mineurs auteurs de violences, ou de faits commis avec violences ou impliqués dans des trafics, doivent être immédiatement confrontés à la Justice. La mobilisation du Parquet est totale et vise la prévention. Je rappelle que la justice des mineurs, fondée sur une approche éducative, fonctionne pour 80% d'entre eux pour un premier fait. Pour les 20% restants, seul le travail partenarial peut porter ses fruits devant la complexité des situations.

Quel est le lien avec les Villes pour lutter contre les trafics de stupéfiants et améliorer la vie des quartiers ?

Comme à Romainville, je suis très favorable au développement, au sein des CLSPD, des groupes de suivi mineurs - jeunes majeurs, traitant des mineurs en risque de passage à l'acte ou primo-délinquants. Je tiens également à renforcer le lien avec les bailleurs pour apporter une réponse coordonnée. Et pourquoi pas à réfléchir en commun à la création de stage de citoyenneté, en lien avec les acteurs du Territoire pour coproduire la prévention de la délinquance. Enfin, j'ajouterai la lutte contre la radicalisation. Mes équipes sont aux côtés des Villes pour sensibiliser et agir.